SERGE BLANC

Violoniste français

Serge Blanc est né à Paris le 31 décembre 1929. Il commence l’étude de la musique et du violon à l’âge de six ans. Enfant prodige, il réussit le concours d’entrée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à l’âge exceptionnel de dix ans, et entre dans la classe de Jules Boucherit. Il obtient le Premier Prix de violon trois ans plus tard, puis le Prix d’Honneur de Musique de Chambre.

De parents juifs d'origine roumaine, et alors qu'il vient de réussir le concours d'entrée au conservatoire, Serge Blanc est caché pendant les années d'occupation par son professeur Jules Boucherit (par la suite nommé Juste parmi les Nations pour avoir protégé des juifs pendant la guerre). Boucherit et le directeur du conservatoire de l'époque Claude Delvincourt, résistant, eurent même l'audace d'organiser des récitals publics pour le petit Serge Blanc au risque de leurs vies, alors que les juifs étaient pourchassés au cœur de la guerre et du Paris occupé par les nazis.

En 1941, à seulement onze ans, il joue en soliste avec l’Orchestre Colonne sous la direction de Louis Fourestier. À treize ans, il est engagé par l’Orchestre Pasdeloup et se présente au public parisien avec le Concerto en ré majeur KV. 218 de Mozart et la Havanaise de Saint-Saëns. Il donne à quinze ans un autre récital à la Salle Gaveau pour lequel il obtient l’éloge unanime de la presse et des maîtres du moment, tels que Jacques Thibaud, avec lequel il a également travaillé, et Alfred Cortot, avec lequel il joue en concert la sonate de Reynaldo Hahn et celle de Fauré.

Deux années de suite (1946-1947), Serge Blanc est envoyé en tournée officielle par le Ministère des Beaux Arts, pour représenter la musique française dans les autres pays européens. En 1949, il est lauréat du Grand Prix International Marguerite Long - Jacques Thibaud. Il rencontre alors le célèbre violoniste et compositeur Georges Enesco dont il suivra longtemps les précieux conseils (voir Sonates et Partitas de Bach ci-dessous), avec lequel il joue en concert à la Salle Gaveau (l’enregistrement de ce concert exceptionnel est disponible ici). Il travaille également avec Nadia Boulanger, suivant ses fameuses classes de la rue Ballu, avec laquelle il poursuivra des relations jusqu’au décès de celle-ci en 1979.

En 1952, Serge Blanc part aux Etats-Unis. Il est immédiatement engagé au Festival d’Été de Tanglewood organisé par le Boston Symphony Orchestra, où il joue sous la direction de Charles Munch. Il est réengagé l’année suivante, et travaille avec Leonard Bernstein, dont il enregistrera plus tard pour la première fois en France la Sérénade pour violon et orchestre (disponible ici). Il obtient plusieurs bourses pour la Juilliard School of Music de New-York dont il sera diplômé. Il y étudie la direction d’orchestre et suit les conseils du célèbre Ivan Galamian. La même année, il remporte le Prix Jasha Heifetz au Berkshire Music Center. Il rentre en France l’année suivante, et fonde le Quatuor Serge Blanc. En 1958, il remporte le concours Enesco à Bucarest avec le pianiste Pierre Vozlinsky.

Serge Blanc est profondément passionné par la musique de chambre. Il crée le Quatuor Pro Arte, puis le Trio Da Camera, avec lesquels il fait de nombreuses tournées de concert en France et à travers le monde avec comme partenaires, entre autres, la pianiste et compositrice Odette Gartenlaub, l'altiste Christos Michalakakos ou encore le compositeur et pianiste Antonio Ruiz-Pipò. Ce dernier écrit à son intention en 1987 un "Concerto pour Violon et Orchestre à cordes" qui lui sera dédié. En 1962 il entre à l’Orchestre de l’Opéra de Paris en tant que second violon solo.

En 1973, il est appelé à devenir directeur musical de l’Orchestre National de Radio France (à l'époque ORTF). Il y fait venir les plus grands chefs, parmi lesquels Sergiu Celibidache, Lorin Maazel, Léonard Bernstein. Il quitte Radio France deux ans plus tard et reprend sa place à l’Orchestre de l’Opéra de Paris où il restera jusqu’à sa retraite.

Parallèlement à sa carrière de musicien, Serge Blanc poursuit une activité pédagogique intense : il est professeur à l’École Normale de Musique de Paris où il crée la classe de musique de chambre, professeur de violon et de musique de chambre au Conservatoire Supérieur de Paris, et donne des cours privés où il enseigne surtout la musique de chambre.

Au delà d'être un grand artiste, Serge Blanc, marié en 1967, est un homme et un père exceptionnel. Il s'éteint le 29 Juin 2013 à Paris.

Serge Blanc et son maître Jules Boucherit (1942)

Serge tu as joué comme un ange. Jacques Thibaud
Serge tu as joué comme un ange Jacques Thibaud, 5 Mai 1942
...le concours de violon nous a valu la révélation d'un jeune violoniste de quatorze ans, Serge Blanc, qui a un sens aigu du phrasé. Arthur Hoérée, Juin 1944
Si la musique de chambre est la forme de musique qui procure le plus de satisfactions aux mélomanes dignes de ce nom, c'est aussi celle dont on attend le plus de perfection. D'un quatuor instrumental, on exigera tout un ensemble de qualités : justesse parfaite, cohésion, interprétation intelligente, mesurée, délicate et nuancée, mais sans fadeur. Toutes ces qualités, le quatuor Serge Blanc les possède réunies. La Tribune (Saint-Etienne)
...la sensibilité vibrante et communicative d'un authentique artiste. Infiniment de charme dans le phrasé. Un charme qui permet de le considérer comme un nouveau Jacques Thibaud. Arts
Un garçonnet de 11 ans, Serge Blanc, stupéfie par une interprétation fine, spirituelle, parfaite de style et de technique du concerto de Viotti. Ici, le triomphe est aussi complet qu'unanime. A. Dandelot, Avril 1942
Serge Blanc, mozartien de 12 ans, interprète né s'il en fût, gracieux, précis, brillant et dont l'archet fit merveille au Théâtre du Châtelet dans le concerto de Viotti. R. de Saussine, Juillet 1942
Serge Blanc, jeune virtuose français, fit preuve d'une immense habilité technique placée au service de l'expression musicale la plus parfaite. The Times, Londres
Serge Blanc est essentiellement ce qu'il sera toujours, c'est-à-dire : un grand artiste. New-York Times

Sonates & Partitas de J.S. Bach

Édition pédagogique et indications techniques

Durant les années d'enseignement qu'il a reçu de son maître Georges Enesco, Serge Blanc a rassemblé et annoté les indications violonistiques, techniques et d'interprétation pour ce qu'Enesco appelait “l'Himalaya des violonistes” : les Sonates & Partitas pour Violon seul de Jean-Sébastien Bach.

Ce document exceptionnel rassemble ces indications commentées, tant en ce qui concerne la sonorité, le phrasé, les tempi, la musicalité, les doigtés, l'expression, aboutissement du travail de toute une vie du maître, considéré comme l'un des meilleurs interprètes de cette œuvre.

Après les avoir enseignées lui-même pendant plus d'un demi-siècle à ses propres élèves, Serge Blanc a souhaité les transmettre aux futures générations de violonistes, en rassemblant et commentant ses notes dans un seul document avec les précieuses indications de Georges Enesco. Le voici, disponible en téléchargement gratuit.



Quelques enregistrements

Cliquer sur un titre pour l'écouter

Informations

Trio de l'Opéra de Paris
Violin : Serge Blanc
Alto : Bruno Pasquier
Cello : Georges Schwartz

Year : 1974

Réflexions sur l'enregistrement
par Serge Blanc


Bach
Preludes & Fugues for String trio (transcribed by Mozart)

Bartók
Contrasts

Bartók
Romanian Folk Dances

Bartók
Violin Concerto No. 1

Beethoven
Piano Trio Op. 97 "Archduke Trio"

Beethoven
String Quartet No. 6

Beethoven
Violin Romance No. 2

Beethoven
Violin Sonata No. 8

Beethoven
Violin Sonata No. 9 "Kreutzer Sonata"

Bernstein
Serenade after Plato: Symposium

Brahms
Violin Sonata No. 3 (piano: Georges Enesco)

Clostre, Adrienne
Concert pour le Souper d'Elron

Crisóstomo Arriaga, Juan
La Hungara

Enesco
Sonate No. 3 Op. 25 (piano: Georges Enesco)

Granados, Enrique
Romanza

Granados, Enrique
Sonata

Granados, Enrique
Tres preludios

Hahn, Reynaldo
Violin Sonata in C major

Haydn
String Quartet Op. 77 No. 1

Lalo, Édouard
Violin Sonata Op. 12

Manalt, Francisco
Sonata VI in D minor

Mendelssohn
Violin Concerto

Milhaud, Darius
Saudades do Brasil Op. 67

Mozart
Divertimento No. 17 in D major, K. 334

Mozart
Keggelstatt Trio K. 498 (Violin, Alto, Piano)

Mozart
Keggelstatt Trio K. 498 (Alto, Clarinet, Piano)

Mozart
Violin Concerto No. 4 K. 218

Saint-Saëns, Camille
Sonate No. 1 in D minor Op. 75

Schubert
Fantaisie Op. 159 - Andante Molto & Allegretto

Schubert
Piano Trio No. 1 Op. 99

Schubert
Rondo in B minor, Op. 70

Schubert
Sonata in D major Op. 137 No. 1

Schubert
Sonata in A minor Op. 137 No. 2

Schubert
Sonata in G minor Op. 137 No. 3

Schubert
Violin Sonata "Grand Duo" Op. 162

Schumann
Violin Sonata No. 2 (piano: Georges Enesco)

Strauss
Violin Sonata

Stravinsky
Violin Concerto in D

Viotti
Violin Concerto No. 22

Weber
Sonatas No. 4 & 5 Op. 10

Vidéos

Photos